53e Festival
22 Août - 1er septembre 2019

La Chaise-Dieu : la musique autrement

Un récepteur autour du cou, un smartphone à la main, des écouteurs dans les oreilles, voilà peut-être la parfaite panoplie du spectateur de demain.

Supralive, c’est la toute nouvelle application mise au point en trois ans, par Augmented Acoustics, une start-up parisienne. Stéphanie Plasse, Stéphane Dufossé et Laurent Said, trois de ses fondateurs étaient à La Chaise-Dieu pour proposer à des mélomanes volontaires de tester sur deux concerts cette nouvelle réalité acoustique augmentée.

A chacun son concertPhoto_1

Ainsi équipé et smartphone en main, le spectateur peut à loisir, et d’un seul doigt, choisir de mettre en avant dans ses oreilles tel ou tel pupitre (cordes, bois, cuivres, percussions), il peut aussi selon ses capacités auditives, nous n’avons pas tous les mêmes, régler les fréquences, la tonalité et l’équilibre du son entre droite et gauche, se faire ainsi SON concert. On imagine sans peine l’intérêt pédagogique de l’application mais aussi les avantages pour le spectateur lambda qui peut, quels que soient sa place dans la salle et son handicap auditif éventuel, entendre le même concert que le chef d’orchestre, une écoute idéale.

Sauf que…

Sauf que j’y entends, quand même, quelques bémols, c’est le lieu où jamais.

Sauf que l’application ne met dans vos oreilles aucun son naturel, seulement un son passé à travers le filtre des micros, câbles et consoles du système de transmission et d’enregistrement du festival, un son de CD. La négation même de la notion de concert, par définition spectacle vivant, le contraire d’un spectacle et d’un son « mécanisés » aussi impeccables soient-ils.

On peut aussi à trop personnaliser l’écoute « extraire » complètement le concert du lieu où il est donné, jusqu’à l’impression de l’écouter de chez soi… Pourquoi se déplacer?

Enfin, et surtout, pourquoi modifier des équilibres et des rapports sonores peut-être voulus par le chef d’orchestre et dénaturer ainsi ses intentions et son travail et celui des musiciens? Le chef c’est lui, pas vous!

Sauf que… Supralive permet à chacun de se faire SON concert. Mais que reste-t-il du concert expérience collective? Comment échanger sur un concert si chacun a entendu le sien et personne le même?  En ces temps d’individualisation et d’individualisme forcenés, l’application qui enferme chacun dans sa bulle, devrait faire un carton, ce que prouvent déjà les expériences menées par la start-up  sur quelques dizaines de manifestations en tous genres et en tous lieux.

Mes oreilles me jouent parfois des tours et me réservent parfois des surprises, mais ce sont MES oreilles, et j’aime bien les surprises.

Photo_3Jean-Paul Vincent

(Photos : Bertrand Pichène)


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A voir également